Dommages accordés au deuxième plus bas soumissionnaire

0
345

Un récent jugement de la Cour supérieure a condamné la Ville de Montréal à verser au deuxième plus bas soumissionnaire d’un appel d’offres régi par la Loi sur les cités et villes, des dommages de 1 550 000 $.

La ville a accordé au plus bas soumissionnaire un contrat de 44 795 672 $ avant taxes. Le deuxième plus bas soumissionnaire a poursuivi la ville en prétendant que l’appel d’offres prévoyait que les soumissionnaires devaient faire preuve de leur compétence en soumettant une liste des travaux de nature et d’envergure analogue [sic] qu’il a exécutés depuis les cinq dernières années, ce que le plus bas soumissionnaire n’aurait pas fait ou fait partiellement.

Le Tribunal en vient à la conclusion que le plus bas soumissionnaire n’a pas fourni une liste des travaux de nature et d’envergure analogue [sic] qu’il a exécutés depuis les cinq dernières années. Bien que ce soumissionnaire ait eu la possibilité de corriger le tir en fournissant des informations supplémentaires, celles-ci ne suffisaient pas pour établir sa compétence et son aptitude à exécuter les travaux.

La soumission du plus bas soumissionnaire a donc été déclarée irrégulière. Le deuxième plus bas soumissionnaire a donc droit à des dommages que le Tribunal fixe à 1 550 000 $.

Conclusion, si vous êtes le deuxième plus bas soumissionnaire, assurez‑vous que la soumission du plus bas soumissionnaire est conforme à l’appel d’offres.

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire
Merci d'écrire votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.