Québec bonifie de 2,5 M$ son aide aux centres de tri de résidus

0
318

Le 13 février dernier Québec annonçait qu’il bonifiait le Programme de soutien aux installations de tri de résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD) en y injectant une somme additionnelle de 2,5 M$ tirée du Fonds vert. Ce programme géré par RECYC-QUÉBEC permettra de soutenir les centres de tri de résidus de CRD pendant l’année en cours et la prochaine année.

Il continuera ainsi de favoriser la viabilité de ces lieux en permettant la poursuite du tri d’environ 71,5 % des résidus de CRD provenant du secteur du bâtiment, une étape primordiale et préalable à leur recyclage.

C’est ce qu’a annoncé la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Mme Isabelle Melançon, à l’occasion du 21e congrès annuel du Regroupement des récupérateurs et des recycleurs de matériaux de construction et de démolition du Québec, en présence de la présidente-directrice générale intérimaire de RECYC-QUÉBEC, Mme Sonia Gagné.

Soulignons que les centres de tri de résidus de CRD doivent gérer des résidus de tamisage, qui contiennent une multitude de matières d’une granulométrie trop fine pour être recyclées adéquatement. En raison de problèmes d’odeur découlant de la décomposition des particules de gypse contenu dans ces résidus, un nombre limité de lieux est actuellement autorisé à en recevoir, et certains refusent désormais cette matière.

Ainsi, depuis l’automne 2016, les centres de tri vivent un problème important de débouché pour leurs résidus fins. Or, à part leur utilisation comme matériel de recouvrement journalier dans les lieux d’élimination, il n’existe que très peu de solutions de valorisation pour ces résidus, qui doivent maintenant être gérés autrement, ce qui entraîne des coûts supplémentaires.

Devant cette situation, le gouvernement du Québec a décidé d’agir. Avec son budget additionnel, le Programme de soutien aux installations de tri de résidus de construction, de rénovation et de démolition pourra poursuivre son soutien financier aux installations concernées, le temps que soient mises sur pied des solutions permanentes.

« Les centres de tri de résidus de construction jouent un rôle vital dans la valorisation d’une quantité énorme de matière. C’est 1,8 million de tonnes de résidus qui transigent par ces installations afin d’éviter au maximum l’enfouissement. L’aide financière qui est annoncée aujourd’hui viendra soutenir ces installations essentielles dans un moment charnière de leur histoire afin qu’elles puissent continuer de jouer leur rôle en faveur de la protection de l’environnement au Québec. » Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

« Nous travaillons activement, depuis les derniers mois, à évaluer les enjeux liés au tri de résidus de construction, de rénovation et de démolition. Avec un programme doté d’une nouvelle enveloppe de 2,5 M$, nous pouvons assurer la pérennité de la chaîne de valeur de la récupération et de la valorisation et permettre aux centres de tri de se donner des stratégies et des moyens pour répondre adéquatement aux besoins en considérant les différents contextes régionaux. » Sonia Gagné, présidente-directrice générale intérimaire de RECYC-QUÉBEC

Faits saillants :

· La subvention additionnelle annoncée aujourd’hui porte à 3,6 M$ le budget global du programme.

· Près d’une cinquantaine de centres de tri de résidus de CRD existent à travers le Québec. Grâce à leurs opérations de récupération et de valorisation, ces centres ont permis le tri d’environ 1,8 million de tonnes de matières résiduelles en 2015 seulement.

· RECYC-QUÉBEC est une société d’État qui a comme mission de promouvoir, de développer et de favoriser la réduction, le réemploi, la récupération et le recyclage de contenants, d’emballages, de matières ou de produits ainsi que leur valorisation dans une perspective de conservation des ressources.

· Le Fonds vert tire ses revenus de plusieurs sources, dont les redevances pour l’élimination de matières résiduelles payées par tous les exploitants de lieux d’élimination chaque fois qu’ils reçoivent des matières destinées à l’élimination. L’argent est versé au Fonds vert et doit être utilisé aux fins pour lesquelles il est perçu. C’est dans cette partie du Fonds vert qu’est puisée la subvention annoncée aujourd’hui.

Pour prendre connaissance de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles : http://www.mddefp.gouv.qc.ca/matieres/pgmr/index.htm

 

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire
Merci d'écrire votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.