Entrevue exclusive avec le ministre J.Y. Duclos (Partie 2)

0
88
Emilie Hermitte, Conseillère en communications et relations publiques à l'APCHQ avec le ministre Jean-Yves Duclos

Le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, l’honorable Jean-Yves Duclos, a pris la parole lors du dîner-conférence du 57e Congrès de l’APCHQ. Notre équipe en a profité pour le rencontrer et lui poser quelques questions notamment sur son parcours, sa vision et ses priorités. Voici la suite de l’entrevue publiée hier (Partie 1).

Quelles sont vos priorités pour la prochaine année, soit l’année avant le déclenchement des élections ?

Il y a deux priorités. La première est de faire la démonstration que cette nouvelle ère de partenariat est possible. Les programmes associés à la Stratégie nationale sur le logement ont déjà presque tous été annoncés, mais il est clair que plusieurs partenaires sont encore à la recherche d’informations concernant la façon de travailler avec le gouvernement canadien. Je pense évidemment à l’APCHQ et à beaucoup d’autres partenaires à l’échelle du Québec qui ont hâte de voir comment on peut travailler ensemble durant la prochaine année et ainsi nous donner espoir que ce partenariat va donner des résultats significatifs au cours des dix prochaines années.

La deuxième priorité est de faire la démonstration de résultats concrets. Par exemple, le Fonds de co-investissement de 14 milliards de dollars, qui fait partie intégrante de la Stratégie, va bientôt commencer à donner des résultats concrets de partenariat. J’ai hâte de démontrer, en collaboration avec les membres de l’APCHQ, que cette nouvelle ère peut montrer des signes réels et tangibles de progrès.

Comptez-vous évaluer la mise en place de programmes de crédits d’impôt pour favoriser la rénovation de travaux réalisés par des entrepreneurs professionnels et reconnus ?

Le parc locatif au Québec comme ailleurs au Canada a besoin d’amour et d’investissements. Le moyen par lequel la plupart des familles facilitent leurs transitions au cours de leur vie, transitions sur le marché du travail, transitions familiales, c’est souvent par un accès au marché locatif et, par la suite, par un accès à la propriété. Il est clair que le parc de logements locatifs au Québec a besoin d’appuis. Deux éléments importants de la Stratégie nationale sur le logement vont aider en ce sens au cours des prochaines années. Premièrement, le Fonds national de coinvestissement pour le logement de 14 milliards de dollars qui prévoit des mesures, dont la construction de 100 000 nouveaux logements ainsi que la rénovation de 300 000 logements existants. Considérons aussi l’initiative de financement de logements locatifs qui permettra de construire 14 000 unités de logements locatifs abordables pour les familles de la classe moyenne.

Désirez-vous faire de l’accès à la propriété une priorité, notamment en mettant de l’avant la proposition de l’APCHQ de permettre aux parents d’utiliser le régime d’accession à la propriété pour aider leur enfant à acheter leur première maison? 

Il est clair que le défi d’accéder à la propriété pour les familles de la classe moyenne et à plus faible revenu est considérable. Les prix de plus en plus élevés des maisons limitent considérablement la capacité des villes à se développer. Les entreprises ont besoin de main-d’œuvre pour pouvoir se développer et si le marché du logement et l’accès à la propriété sont impossibles pour les familles, et bien ça limite nécessairement la croissance économique et la prospérité des entreprises. C’est vrai partout au Canada, et c’est vrai aussi au Québec.

Ceci étant dit, avec des mesures annoncées dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement telles que l’Allocation canadienne pour le logement qui fera son apparition en 2020 ou des mesures pour appuyer la rénovation des logements, nous allons faire en sorte de réduire la pression sur les prix qui limitent l’accès à la propriété au Québec. Ce sont de bonnes nouvelles que l’on peut envisager au cours des prochaines années. En travaillant en collaboration avec l’APCHQ, on est certainement capables de faire encore mieux parce qu’on sait que l’habitation est un défi qui crée non seulement des inquiétudes chez les familles, mais aussi qui limite la capacité de notre économie à se développer.

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire
Merci d'écrire votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.