Bien gérer les comportements problématiques en situation de pénurie de main-d’œuvre

0
263

Avec la belle saison qui est enfin à nos portes et les projets qui démarrent, engendrant par le fait même le respect des diverses obligations tel que la gestion des chantiers, les exigences des inspecteurs de la CNESST, la compréhension du code du bâtiment, les revendications des clients, etc. S’ajoute à toutes ces contraintes, la gestion des ressources humaines. Cet aspect faisant partie intégrante du rôle du gestionnaire, mais qui peut parfois s’avérer difficile à gérer, notamment lorsqu’on doit faire face à des attitudes désagréables, de l’arrogance ou tout simplement une forte personnalité. Il devient donc plus délicat de régir le tout… particulièrement lorsque l’industrie de la construction est en situation de pénurie de main-d’œuvre!

Attention !

Qui dit pénurie de main-d’œuvre ne signifie pas pour autant que les salariés peuvent tout se permettre. L’employeur à des obligations à respecter et il demeure maître de son droit de gérance. Lorsqu’on ne peut se permettre de perdre un salarié, il est probable que le patron soit plus tolérant, voire plus indulgent qu’en temps normal. La maladresse se situe souvent ici ! S’assurer du respect des règles établies par l’employeur et appliquer des sanctions lorsque celles-ci ne sont pas respectées permet de prévenir des conséquences dommageables pour l’entreprise. En effet, tolérer certaines conduites risque de provoquer le mécontentement des autres salariés ou pire, que ces derniers appliquent la même attitude ou agissements toléré à tort par l’employeur.

Comment régler le conflit!

Dans un premier temps, une discussion s’impose entre l’employeur et le salarié pris en défaut. Parfois, un simple rappel peut tout régler. Cependant, la magie n’opère pas toujours… Si tel est le cas, l’employeur devra user de diverses stratégies pour que la situation se règle dans les plus brefs délais. Il est capital de rappeler que toutes les actions prises doivent être consignées dans un dossier confidentiel. Ces mesures pourraient s’avérer utiles en cas de grief ou de plainte aux normes du travail.

Dans le cas où la discussion ne parvient pas à régler le problème, il faut dans un court laps de temps, procéder avec doigté pour émettre un avis disciplinaire écrit ou une sanction plus sévère, si la faute reprochée le requiert. L’important est de bien respecter les étapes et ne pas sauter trop rapidement aux conclusions. Le but n’est pas nécessairement de se « débarrasser » de la personne problématique, mais de tout faire, afin que l’hostilité, les agissements ou le conflit se règlent dans l’intérêt des deux parties. Il est aussi très avantageux de faire un rappel aux personnes concernées que l’employeur à des obligations à respecter, mais qu’eux aussi en ont.

Prenez le temps de rencontrer vos salariés, surtout les nouveaux. Établissez dès le début vos attentes et définissez clairement les comportements non désirés. Utilisez les outils mis à votre disposition, tels que des politiques d’entreprises, afin d’appuyer votre leadership.

Tous les documents nécessaires à une saine gestion des ressources humaines sont disponibles au www.apchq.com ou en communiquant avec votre conseiller en relation du travail de l’APCHQ au 1 800-463-6142. N’hésitez à communiquer avec nous, afin d’obtenir du support et des conseils.

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire
Merci d'écrire votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.