Un « enfer », un véritable « bordel »!

0
1120
Crédit photo: Francis Halin

Ce matin, le président fondateur des Projets de Nicolas, Nicolas Girouard, a lancé son coup de gueule contre la paperasserie de l’État qui a explosé depuis cinq ans. C’est un « Enfer », un véritable « bordel » explique-t-il à TVA Nouvelles. 

« C’est le syndrome de la mouche à chevreuil. Quand tu en as une qui te tourne autour, ça va. Mais quand tu en as dix ou douze autour de toi, ça ne va plus », déplore Nicolas Girouard, président fondateur de la PME montréalaise de rénovation résidentielle Les Projets de Nicolas.

Ils sont nombreux à constater que la bureaucratie s’est alourdie ces cinq dernières années, révèle une enquête de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Formulaires à n’en plus finir, amendes salées, lourdeurs gouvernementales… les patrons d’entreprises sont à bout de souffle. D’autant plus qu’en construction, plus de 85 % des compagnies ont moins de cinq salariés et sont à court de ressources.

« Au cours de nos entretiens, une entreprise de moins de quatre employés nous a confié qu’elle consacre de 30 % à 50 % du temps d’un employé pour interagir avec les différents paliers gouvernementaux », partage François Vincent, porte-parole de l’APCHQ, qui représente plus de 18 000 entreprises.

Revenu Québec (RQ), Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), Régie du bâtiment du Québec (RBQ), Commission de la construction du Québec (CCQ)… prennent un temps fou au quotidien des entrepreneurs.

Ce qui choque le plus Nicolas Girouard, c’est qu’il doit « enquêter » sur ses sous-traitants, une tâche qu’il ne devrait pas avoir à faire, selon lui.

« Le nec plus ultra de l’absurdité, c’est lorsque je dois, comme entrepreneur, m’assurer qu’un sous-traitant est en norme. Je dois faire la job de Revenu Québec. Je dois jouer à la police pour m’assurer qu’ils ont les papiers qu’il faut. C’est une aberration », souligne-t-il.

Résultat, l’entrepreneur voit de plus en plus de ses amis d’autres compagnies abandonner le navire. Excédés par la lourdeur bureaucratique qui gruge leurs journées, ils accrochent les patins et disent adieu à leur rêve d’entrepreneur, soutient-il.

« Plusieurs de mes collègues ont décidé de laisser tomber l’entrepreneuriat pour retomber salarié, pour être seul avec leur camion. C’est lourd. C’est vraiment lourd », conclut-il.

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire
Merci d'écrire votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.