Avoir une maison… et une retraite !

La Presse + Édition du 20 octobre 2016, section AFFAIRES, écran 9

0
1112
AVOIR UNE MAISON… ET UNE RETRAITE !

À 29 ans, Cynthia Bergeron et Samuel Brabant attendent leur premier bébé. Le couple de Sainte-Thérèse rêve d’une grande famille et d’une maison dotée d’une cour pour les enfants ! Comment réaliser leur rêve sans compromettre leur retraite ?

Elle est aide-gérante dans un restaurant, il est employé d’une usine d’armoires de cuisine. Ils n’ont aucune dette et remboursent le solde complet de leurs cartes de crédit à la fin de chaque mois. Ils ont un peu d’épargne dans des CELI. « Je suis un patenteux, je peux me permettre d’acheter une maison qui nécessite des travaux pour la rénover et la revendre éventuellement », précise Samuel Brabant.

« Le fait qu’ils n’aient pas de dettes est un grand atout, souligne Gaétan Veillette, planificateur financier et associé du bureau de Brossard de Groupe Investors. On voit qu’ils sont rigoureux dans l’administration des affaires de la famille. Être bricoleur, c’est aussi un bon avantage ! » Dans leur budget, ils doivent cependant tenir compte de la baisse de revenus pendant le congé parental, souligne-t-il.

PAR OÙ COMMENCER ?

Avant de penser à l’achat de la maison, le jeune couple devrait se protéger en cas de malheur.

« Avec le bébé qui s’en vient, il serait important de contracter une assurance vie. Si l’un des deux décède, il faut pouvoir remplacer son revenu pour assurer la sécurité financière de la famille. »

— André Lacasse, directeur du développement des affaires au Centre financier SFL de la Montérégie

Le montant devrait être assez élevé pour payer l’hypothèque et garantir un certain niveau de vie. « Si le couple n’a pas d’assurance invalidité au travail, il devrait aussi en prendre une », ajoute M. Veillette.

Le couple devrait également penser à faire un testament et un mandat en cas d’inaptitude. « La loi prévoit que les enfants des conjoints de fait héritent de la part de la maison appartenant au parent décédé, explique M. Lacasse. C’est un paquet de troubles parce qu’il y a alors une curatelle. »

COMMENT AMASSER LA MISE DE FONDS ?

Idéalement, le couple devrait épargner 20 % du prix de la propriété pour éviter de payer la prime d’assurance de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Au minimum, il devra accumuler 5 %, mais cela risque d’être insuffisant. « En plus du coût d’acquisition et de la prime de la SCHL, il y a les frais de notaire, l’inspecteur, les droits de mutation, etc., énumère M. Veillette. J’ajouterais un budget d’environ 5000 $. »

Pour faciliter l’épargne, les experts recommandent à Cynthia et à Samuel d’instaurer un virement automatique dans un CELI ou un REER. « Le REER permet d’obtenir un remboursement d’impôt qui peut être réinvesti, signale M. Veillette. Cela demande moins d’efforts. » En abaissant leur revenu imposable, ils pourront aussi recevoir davantage de certains programmes comme l’Allocation canadienne pour enfants après la naissance.

Les futurs parents pourraient également envisager de faire un prêt en vertu du Régime d’accès à la propriété (RAP). « L’institution financière pourrait leur faire un prêt remboursable après 90 jours, explique M. Lacasse. Cet argent serait investi dans un REER puis retiré dans le cadre du RAP pour faire le remboursement. Cela leur permettra d’obtenir un remboursement d’impôt intéressant pour la mise de fonds. »

ET LA RETRAITE ?

Évidemment, les économies pour la retraite s’accumulent plus lentement lorsqu’on les retire du REER pour le RAP. « La propriété résidentielle est un bon moyen d’acquérir un patrimoine de retraite significatif », nuance cependant M. Veillette.

De plus, le couple devra réinvestir dans le REER pour rembourser son RAP à raison d’un quinzième du total pendant 15 ans. Sinon, il devra payer de l’impôt. « Souvent, comme les gens se sentent obligés de le rembourser, ils vont investir alors qu’ils ne l’auraient pas fait autrement, constate M. Lacasse. C’est un peu de l’épargne forcée. »

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire
Merci d'écrire votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.